D’après la Loi Morange n°2010-238 du 9 mars 2010, il sera obligatiore d'équiper tous les logements d'au moins un Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée, au plus tard le 8 mars 2015.

En France, un incendie se déclare toutes les deux minutes, ce qui représente 250 000 cas chaque année. Un français sur trois serait victime d’un incendie au cours de sa vie.

D'après les statistiques, le nombre de décès dans les incendies domestiques est en baisse lorsque les habitations sont équipées de Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée. Par exemple aux Etats-Unis, où 95% des ménages sont équipés ou en Norvège (98%), le nombre de décès causés par un incendie domestique a été réduit de moitié.


Qu’est ce qu’un DAAF ?

Un DAAF (Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée) est un appareil autonome permettant de détecter la présence de fumée dans une habitation, et d'en avertir les occupants, par un signal sonore de 85 décibels. Ce dispositif permet donc aux personnes présentes de pouvoir évacuer les lieux dans les meilleurs délais.

Attention, il ne faut pas confondre Detecteurs de fumée, et DAAF. Le Détecteur de fumée ne fait que détecter la présence de fumée, sans toutefois émettre de signal sonore.

Les Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée doivent répondre obligatoirement à la norme européenne EN47917:2005, qui apporte une première garantie de fiabilité. Au delà de la norme européenne, il éxiste la norme NF292, qui apporte en plus l'assurance de la sécurité et d'une qualité constante. La différence entre les normes NF et CE, est le nombre de contrôles qualités réalisés. Pour la norme EN47917:2005, le Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée est testé une fois avant la mise sur le marché. Pour la norme NF292, cinq tests sont faits au total : deux tests dans l'usine de fabrication, deux tests sur le lieu de vente, et un test chez l'utilisateur final (sur un panel sélectionné). Attention toutefois à ne pas faire d'amalgame, car la Loi Morange n'oblige pas un utilisateur à avoir un Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée de norme NF, mais au minimum un dispositif de la norme CE. 

Le Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée doit être installé dans le logement par le propriétaire d'une habitation, qu'il y réside, ou qu'il le mette en location. En cours de bail, il incombe au locataire de veiller à l'entretien du Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée, à son bon fonctionnement, et au remplacement du dispositif, ce qui doit se faire tous les dix ans.

 

Comment choisir son DAAF ?

Il existe plusieurs types de Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée, la pricipale différence se faisant au niveau de la garantie et des piles.

En effet, les Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée peuvent être garantis de 5 à 10 ans. Pour le dispositifs garantis 5 ans, les piles sont fournies, et ont une autonomie de 1 année. Il faut donc penser à changer les piles tous les ans. Concernant les Détecteurs garantis 10 ans, la pile lithium est scellée dans le détecteur. Son autonomie est donc garantie pendant les 10 ans suivant la date de fabrication, et le propriétaire n'a donc pas à toucher la pile pour la changer.

Dans tous les cas, il ne faut oublier que la durée de vie d'un Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée est de 10 ans, et qu'il est demandé de changer le dispositif une fois ce délai écoulé.

Un Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée peut également se démarquer par sa capacité à être interconnectable. En effet, certains Détecteurs peuvent avoir une liaison sans fil, et 50 appareils peuvent être connectés en un seul et unique réseau. Dans le cas de Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée interconnectés, si un appareil emet un signal sonore, cela entraîne le déclanchement de tous les appareils connectés au même réseau.

Les Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée du type "FireAngel" sont dotés de la technologie de capteur Thermoptek. Ceci est une technologie déposée de système de détection, ajoutant 2 capteurs thermiques à la détection optique. Elle permet notamment de détecter la fumée, mais également la température. La fiabilité est donc plus élevée, car ce système permet de détecter un départ de flamme en 2 minutes.

 

Où installer son DAAF ?

 

La Loi Morange impose au minimum un Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée par habitation, mais il est plus conseillé d'en avoir au moins un par étage.

Il faut néanmoins faire attention à l'emplacement du dispositif. Il y a effectivement des lieux à éviter, comme par exemple la cuisine, la salle de bains, la cave et le garage. Il est conseillé de les installer prioritairement dans le couloir manant dans les chambres à coucher, mais également dans les espaces de vie comme le salon ou la salle à manger, où le feu est le plus propice à se déclarer. Le Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée doit être fixé au plafond, à proximité du point le plus haut, et en respectant une distance de 30 cm avec les murs, ainsi que 30 cm avec les soures de vapeur ou de chaleur, comme les lampes. Le dispositif doit être chevillé et vissé au plafond, ou le cas échant, avec le système de fixation magnétique, qui peut être utilisé dans le cas où le propriétaire ne veut pas percer le plafond (dans le cas où il y a un chauffage au sol à l'étage supérieur par exemple).

ou placer sons détecteur de fumée

 

Comment réagir en cas d'incendie ?

Le comportement à avoir en cas de la déclaration d'un incendie dans votre habitation peut petre différente selon le type d'habitat, le type de feu, ou du moment où l'incendie démarre. Les pompiers aiment rappeler un élement : "Pour éteindre un feu, il faut un verre d'eau à la première minute, un seau d'eau la deuxième, et une citerne la troisième". Il est donc imoprtant d'avoir les bons réflèxes, et d'agir au plus vite.

Pour éteindre un départ de flammes, on arrose en général la base des flammes avec de l'eau. Il éxiste toutefois deux exceptions : les hydrocarbures et les huiles de cuisson.

Si l'huile de cuisson s'enflamme, il ne faut en aucun cas jeter de l'eau sur les flammes, car elles se répendraient dans toute la cuisine. Il faut dans ce cas là, étouffer les flammes : en posant un couvercle sur la casserole, ou une serpillère mouillée éssorée.

Si des hydrocarbures, ou de l'essence venaient à prendre feu, il faut etouffer le feu avec une couverture humide. En effet, arroser d'eau risque d'étendre l'étendue des flammes.

Si le feu est d'origine électrique, il faut avoir le réflexe de couper le courant avant d'arroser la source avec de l'eau, afin d'éviter tout risque d'électrocution.

 

Si le feu a pris dans un logement individuel

S'il y a du feu et de la fumée dans une pièce, il est trop tard pour agir. Dans ce cas là, il faut avoir le réflexe de fermer les fenètres, pour éviter que le feu n'atise le feu, fermer les portes, et sortir de l'habitation. Il faut bien sûr penser à appeler les pompiers.

Si le feu a pris dans un logement collectif

Si le feu a prit chez vous, dans votre appartement, il faut sortir de chez vous, appeler les pompiers. Il faut également bien sûr prévenir vops voisins, afin qu'ils puissent aussi agir de leur côté. Pensez à prendre l'escalier, non les ascenceurs.

Si le feu a pris dans les parties communes, et qu'il y a de la fumée, il faut rester dans votre appartement. Afin d'éviter la propagation des flammes, veillez à mettre des serpillères mouillées sous la porte, ainsi qu'à arroser la porte. On l'oublie souvent, mais une porte en bois peut résiter aux flammes près d'une demi-heure, ce qui laisse le temps aux pompiers de maitriser le feu. A ce moment là, il faut signaler votre présence dans l'immeuble par une fenêtre (sans l'ouvrir, opour éviter la propagation des flammes), ou par téléphone.

 

Notre gamme de protection incendie.